jeudi 22 juillet 2010

Entre Ajaccio et Bastia...

Torpeur estivale, torpeur estivale...

Comme le filet d'eau sur le point de se tarir, voici un misérable billet, écrit entre Ajaccio (où eurent lieu le week-end dernier les deux journées du livre corse sur la place des palmiers (Foch) - qui auront lieu de nouveau en août ; j'y étais pour signer "Eloge de la littérature corse" et "Un lieu de quatre vents" ; ce fut très sympathique de pouvoir discuter avec quelques lecteurs et avec d'autres auteurs comme France Sampieri, Jean-Louis Moracchini et Paul Milleliri (dont je suis en train de lire - et d'aimer de plus en plus - ses "Oubliées de l'Empire", j'en avais déjà parlé il y a quelque temps et j'en reparlerai, ou vous avant moi ?)), écrit entre Ajaccio, donc, et Bastia (où aura lieu ce samedi 24 juillet 2010 un Salon du livre corse dans le péristyle du Théâtre ; j'y serai, plutôt en fin d'après-midi, pour rencontrer, discuter et signer).

Et qu'y a-t-il dans ce misérable petit billet ?

Un lien vers le site des éditions Albiana qui ont eu la gentillesse de me poser treize questions (pas une de moins !) et de publier l'intégralité de mes réponses (oui, oui !). Je préviens ceux qui connaissent déjà le blog : vous ne trouverez pas de révélations fracassantes, mais une version synthétique des idées discutées sur le blog, un historique de la naissance du blog et du livre du blog, la reprise d'un point de vue sur la nécessité d'un double espace de lecture (professionnelle et amateur) qui fasse place aux propos contradictoires, aux discussions argumentées et aux critiques notamment négatives.

Bonne lecture ! Cliquez ici !

N'hésitez pas à "dire la vôtre !" Ici ou là !

8 commentaires:

  1. Pè una volta seraghju eiu a prima à dì a meia! Mi rincresce assai d'ùn pudè esse nè in Aiacciu, nè in Bastia (s'ellu ùn ci fussi statu l'esame di u certificatu di lingua corsa ci sariamu scontri!), ma ti vogliu dì quantunque quant'ellu mi piace stu bloggu, ancu incù nutizie mischine cum'è quessa! Ringrazii ullandesi,

    Marilena

    RépondreSupprimer
  2. lol, donc nous ne nous sommes pas vus, ce n'était pas moi et ce n'était pas vous. un songe une nuit d'été. Mdr.

    RépondreSupprimer
  3. Marilena,
    vi ringraziu pè issu cumentu.
    Ùn cunniscia micca u vostru blog ! Magnificu !

    http://percorsu.web-log.nl/blog/

    Vecu chì Olivier Ancey hà da publicà un libru di puesia, eccu una bona nutizia.
    È po vecu puesie di Ancey o di Anton Francescu Filippini tradutte in ullandese (o in neerlandese, ma cumu si dice ?)

    Seria un piacè di pudè sente vi leghje issi puemi (in corsu è in ullandese). Forse scrivite testi in corsu o in ullandese (tè, eccu una altra lingua di a literatura corse !)

    À tandu !

    RépondreSupprimer
  4. MHF,
    je vous confirme, nous nous sommes bien vus ce soir-là à Ajaccio et pour que chacun comprenne le sens de notre échange, il faut signaler que le "salon du livre corse" organisé par Operata Culturale à Bastia ne fait pas l'unanimité, pose un certain nombre de questions voire de problèmes. Je me proposais d'y revenir dans un billet spécifique, après avoir discuté avec les responsables d'Operata culturale, tout comme j'en ai discuté avec les responsables de l'Association des éditeurs corses ou avec vous-même. Cela me paraît normal d'aller voir par soi-même avant de prendre une décision.
    Il me semble, a priori, que toute initiative est bonne pour la littérature corse ; maintenant si telle initiative crée plus de problèmes ou paraît inefficace, il appartient à tous les amoureux de la littérature corse d'y réfléchir, après s'être fait une opinion par soi-même.
    A très bientôt.

    RépondreSupprimer
  5. Mancu di mè ai parlatu LOL (scherzu ben intesa)

    Prima lezziò : s'avessi sapiutu chì ciò ch'e scrivia quì seria publicatu in un libru...seria stata più prudente è averia rilettu almenu l'ortografia -))

    Siconda lezziò : mi ne vogliu! U "lieu des quatre vents" u mi pudia buscà è fà signà...Aaarghhh, chì tonta!

    À prestu. Forse in Aiacciu, ma sta volta mi pigliu u to libru, tenimine unu!

    RépondreSupprimer
  6. è ancu in Cervioni, "Plume en Costa verde"!!
    Quale hè ch'à dettu chì a Corsica era un "desertu culturale"?

    http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.plumeencostaverde.com%2F&h=c473a

    RépondreSupprimer
  7. Ti ringraziu o FXR, iè, ci simu scontri in Portivechju! U me bloggu hè novu framantu, ma s'hà da empie à a lesta - dopu un annu è mezu d'amparera hè ghjuntu u mumentu di a spartera! Iè, ogni tantu scrivu testi in corsu, ma ùn pensu micca ch'elli faccianu parte di a literatura corsa... Forse un ghjornu ne lamperaghju unu nant'à u me bloggu, incù a traduzzione in ullandesu. Ma u bloggu hè piuttostu per fà scopre à i me cumpaisani quellu cantu di a Corsica chì si vede quand'omu capisce à pena a lingua corsa è micca per sparte testi scritti da mè!

    RépondreSupprimer