mercredi 12 janvier 2011

JYA relance une discussion à propos des langues et de la traduction


Cette discussion est née à la suite d'un précédent billet.
J'en fais un billet spécifique afin de lui donner plus de visibilité et de permettre peut-être une poursuite des débats et des essais de traduction (du corse vers d'autres langues, ou d'autres langues vers le corse).

Je me pose une question : qui est "Batti" et quel est son discours auquel fait allusion JYA ?

Bonne lecture, bonne discussion (j'en profite pour signaler que chacun peut ici utiliser la langue de son choix, corse, français, italien, en faisant confiance à l'intercompréhension qui existe entre les locuteurs de langues romanes).

Merci à JYA et à MB, bien sûr.

Anonyme a dit…

È perchè micca traduce à Ferrari in corsu ?

Oh, i socu i vostri sogni piatti, o capità, i socu cusì bè chì qualchì volta à e mio notte, ci site à sunnià in mè, o sò eiu chì m’inframettu in u sognu chì ci fù viaghju di landi è più à a tarra ingrata di a mio zitellina, ‘ssa tarra c’ùn hè più meia, è chì mai ùn hè stata vostra, è i nostri passi vanu longu ‘ssa strada diserta, trà Taghit è Bechar, sottu à a luce d’un spechju di luna giallu, giallu tale un lampione appesu n’un celu senza stelle, vanu mezu à ‘ss’ogetti allacciati da a rena, chì ghjacenu in pianu tucchendu ogni cunfina ingiru à noi, scarpini tacchirotti, robbe stracciate, sculurite è spugliate di i so fili d’oru da u ventu di u disertu, una darbuccà svintrata, un oud senza corde, caspe di ghjuvelli affuscati, scatulelle di ennè è di khôl, biancaria di rasu è piatti andati in pezzi, sfranguglii portadiccia, un pannamentu sanu pianamente impetritu in u silenziu di a mio mente dapoi chì quella chì l’hà assistatu hè turnata fulena, una eternità fà, o capità, è mancu u ventu, puru à suffià suffioni ùn ne face più trizinà e vistiche dissanguinate.

JYA

Anonyme a dit…

Bella prova o JY !

Ghje' sunniighju di fallu scriva in corsu, una nuvella pà Tarrori è Fantasia.

Un ghjornu l'aghju da liallu (pà i peda) à Ferrari, è l'aghju da tena in carciara senza manghjà, fintantu ch'ùn hà resu u so duveru !

Ma a so ch'e ci aghju da sbuccà.

MB

Anonyme a dit…

Iè perchè micca ? Perchè ùn offre à a lingua corsa u tamantu piacè d’intriccià si à e fiure d’un Ferrari, à e storie d’un Hemingway o à e rime d’un Brassens cum’ellu hà fattu Ferrali qualchì tempu fà ? Perchè avè ‘ssu bisognu, leghjittimu s’ellu n’hè hè, di dà à capisce à d’astri ciò chì i nostri ingegni parturiscenu in lingua corsa è quasi mai u cuntrariu ? Ogni volta c’o sentu un discorsu cum’è quellu di Tatti (a socu a riferenza literaria hè più c'à dupitosa), ogni volta ch’elle mi stuzzicanu l’arechje ‘sse parolle chì amentanu « u dirittu à capisce », « u duvere d’esse capitu da tutti », aghju una pinsata per Zia Lolla. Era a surella di babbone, hè morta à novant’anni passati in u 1993 senza avè avvicinatu, in qualchì manera, l’amparera di u francese. In u 1993 ! Quale chì s’hè imprimuratu di u soiu « u dirittu à capisce » ? È po quale hè chì s’hè impisiritu d’un « duvere d’esse capitu da tutti » per dì à ‘ss’omi, cascati in u 1916 per e piaghje di a Somme, ch’elli s’avianu da fà stinzà cum’è cignali per cuntintà à Nivelle è i so pari ? ‘Ss’omi chì ammaestravanu u francese quant’è u porcu ci capisce indu a musica. Ma chì pò fà, u piombu caldu ellu, si face capisce da tutte e razze.
Ùn vogliu mancu à pena dì c’o sò contru à e traduzzione di l’opare corse in d’altre lingue, à cumincià per quella di Moliére. Sicura c’o capiscu a brama di Marcu Biancarelli d’allargà u chjerchju è d’offre i so filari à quelli, sdicciati, c’ùn lu ponu leghje in corsu. Avaraghju, senza nisunu dupitu, a listessa voglia s’è un ghjornu sò publicatu. È soprattuttu vogliu ludà u fattu di pussede ancu eiu a lingua francese, ùn sia c’à per ringrazià à Bernard Lortholary chì un ghjornu hà dicisu di traduce à Suskind. Dicu soladimente c’ùn capiscu micca ‘ssi ragiunamenti chì accettanu senza lotta u fiascu di a nostra lingua (parlu di Tatti). Jérome Ferrari ùn vinciaria tanti lettori lascendu u corsu impatrunisce si di e so magnifiche impennate, ma saria un bellissimu attu di risistenza è si sà chì senza risistenza, ogni cumbattu hè digià persu.
Eiu vogliu firmà un cumbattante di ciò chì pare inutile à tanti spiriti imbugnati da i nuli di l’unifurmisazione, chì per mè a lingua corsa vale tutte l’altre. Iè, vogliu tene a mio spiranza chì ciò chì pare vanu oghje sarà impurtante dumane.

JYA

PS : eiu sò prontu à pruvà à traduce in corsu tuttu ciò ch’ellu vularà scrive Jérome per Tarrori è Fantasia.

(la photo)

7 commentaires:

  1. Micca "Batti" o Francè, François Tatti hè un omu puliticu, aggiuntu à u merre di Bastia è cunsigliu territuriale è presidente di u SYVADEC è chì ne socu torna...

    RépondreSupprimer
  2. Aghju pricisatu à posta chì a riferenza literaria era dupitosa. Tatti parlava di a necessità di traduce l'intervinzione in lingua corsa à l'assamblea per "chì tuttu u mondu capisca". Sò eiu è solu eiu à avè vulsutu allargà u dibbattitu, chì mi rompenu e stacche tutti i cumplessati di a lingua

    JYA

    RépondreSupprimer
  3. Ferrari ùn hà mancu bisognu di traduttore...L'aspittemu nantu à T§F! ci ferà un pezzu d'antulugia, ne sò sicura...

    O JYA quantu aghju prezzatu u to discorsu, chì face prò : equilibratu, sinnatu è attempu passiunatu.
    N'emu bisognu, noi chì ci cridimu sempre ma ci sentimu à volte belli isulati! è ci femu ancu inghjurià. Cum'è tù dici, troppu ghjente abbandonanu, eppuru emu sempre e risorze per sfidà u destinu, l'evuluzione ùn anderà forse micca sempre in u sensu ch'omu crede sicura...
    In ogni modu, hè a nostra dignità di ùn abandunà sin'à l'ultima...

    RépondreSupprimer
  4. Quelques mots sur ce débat :

    - personnellement, je pense qu'il y a effectivement beaucoup de complexes dans l'usage des langues en Corse (le français et le corse). La totalité (ou la quasi-totalité des Corses parle, lit et écrit le français. Un certain nombre comprend le corse, un nombre plus petit le parle, un nombre encore plus restreint le lit et l'écrit. A côte de cela, tous les Corses (ou presque) déclarent un attachement très fort à la langue corse et ne veulent pas la voir mourir. Tout le monde n'agit pas en cohérence avec une telle pensée, pour de multiples raisons. On en arrive à une situation où les usages de la langue corse sont très complexes, sources de scrupules et de difficultés, mais aussi de bien des plaisirs et de créativité. Il semble que l'assemblée de Corse propose l'horizon d'une société bilingue, à terme. Alors que faire ?

    - eh bien, par exemple, traduire en corse des textes écrits en toute autre langue, non pas forcément avec une idée de résistance mais avec le désir de démultiplier la puissance créatrice et inventive de la langue corse. Traduire un texte français se justifie pleinement, donc.

    - développer le plaisir de l'apprentissage, par tous moyens, du corse en en faisant un moyen d'accès à bien des richesses culturelles et littéraires (corses bien sûr, mais aussi issues de cultures proches : textes italiens, sardes, etc...)

    - bien des efforts ont déjà été faits et sont faits tous les jours et qui vont déjà dans ce sens, nous le savons. Mais pour revenir à cette question de la non-compréhension, il faudrait la voir comme un aiguillon du désir d'en savoir plus.

    - enfin, je pense qu'il faut absolument une volonté collective publique autour de la coofficialité du corse et du français ; on ne peut développer une langue en lui interdisant certains espaces publics majeurs.

    - bon pour revenir à la littérature, je reste persuadé que nos regards sincères et courtois sur des productions particulières de telle ou telle langue (les oeuvres littéraires) peuvent jouer un rôle dans cette évolution vers une société bilingue.

    RépondreSupprimer
  5. è perchè micca traduce à McCarthy in corsu ?

    Ghjiseppu

    RépondreSupprimer
  6. Avec des mois de retard et s'il passe encore par là. Merci à Jean-Yves pour la magnifique traduction. Ça me fait quelque chose de me lire en corse, surtout nordiste. Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer