samedi 5 décembre 2009

A Gazetta di Mirvella

Iè chì a lingua corsa ùn hè micca morta, è sopratuttu cume mezu di creatività... literaria (critiche parodiche, chjami è rispondi incù sunetti, articuli d'infurmazione, tuttu cù u spiritu di a macagna).

Oyez, oyez la grande nouvelle : hè nata "A Gazetta di Mirvella".

Ci era digià u ghjurnale di A Piazzetta (spergu chè cunniscite issu blog "scherzosu" !), ed avà lighjemu cù monda piacè e riflessione è macagne di u Cavaglieri di Mirvella è di tutti chì volenu scrive annant'à u so forum : quì.

Aviamu parlatu di e critiche literarie (quella di Mister Palu sopra à "Mon Dieu un animal !", ma ci hè dinù quella di l'arrabbiatu Maître Aymeric Faisan chì sdrughje l'ultimu "capu d'opera" di Marcu Biancarelli, "Murtoriu" : andate quì), ma quì ci vole à salutà u sforzu di unu scrivanu di u diciuttesimu seculu, issu meravigliosu Mirvella... : eiu, ùn possu vede senza emuzione date cumu "Nuvembre Annu di Cristu 1759". Pensu à Stevenson è Pasquale Paoli... Arricurdemuci (cumu dicia un affissu patrioticu) chì a Corsica tandu era quella regione chì inventava forme pulitiche in Europa...

Allora, lighjemu issa Gazetta, piena di risa è d'emuzione... Ci ramenta i "Ragguagli di l'Isola di Corsica".

Un esempiu d'emuzione (chì seria una altra definizione di a literatura corsa) :


Ma avali sò persu prighjuneri d'un foru
Trà Elvira è Francesca socu curciu fandoniu



(T'aghju riesciutu à fà una citazione chì ùn sia micca umuristica nè scherzosa !)

Vi piacenu à voi isse forme di scrittura ? Forse sò troppu libere ? O inutile ?

21 commentaires:

  1. .uddennucijhcnim è unaigsaf u usecnarf in inivircs ille'hc utacceP
    ! acca 'nu ucsipac ic nù

    uzzaP itnoC

    RépondreSupprimer
  2. Belli critichi,infini, infini !
    Saria più cà ora di falla finita cù issi falzi glorii di Tom Bragarelli è Jerry Ferraille !!!

    RépondreSupprimer
  3. Conti Pazzu,
    pourquoi cette "guerre" entre les langues ? Tout comme la France reconnaît des "langues de France" (dont le corse), nous pourrions considérer la Corse comme une terre multilingue : avec les langues de Corse (dont le français, qui est une aussi belle langue que n'importe quelle autre...)

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme 10:27,
    ces critiques sont très drôles et recèlent donc forcément un fond de vérité !
    Mais je me demande dans quelle mesure le jeu ne connaît pas assez vite des limites et n'est pas aussi un signe de pauvreté de la vie littéraire corse : chacun est obligé de tout faire (écrire, promouvoir, critiquer, faire un certain battage médiatique, chercher le public ici et là, etc etc). D'où l'idée qu'il est nécessaire de libérer la parole des lecteurs (qui n'écrivent pas, ne promeuvent pas, ne sont pas forcément des fans absolus) et de la faire connaître comme telle.

    Qui lit vraiment quoi ? Et comment ?

    RépondreSupprimer
  5. Ce genre de critiques me semble très ambigu, car jouant sur deux tableaux : d'un côté une critique élitiste, vraiment drôle, et plus fine qu'elle n'y paraît, pour celui qui a lu le livre, de l'autre une mécanique du rire facile qui tourne à vide et n'apporte aucun lecteur nouveau.
    Vu le niveau de diffusion des livres en question, ce n'est pas vraiment le meilleur moyen pour promouvoir cette littérature ne serait-ce, déjà, qu'en Corse.
    Blagues de potaches pour les étudiants attardés que nous sommes toujours un peu, mais qui à se répéter deviendraient vite totalement stériles !

    RépondreSupprimer
  6. Emmanuelle,
    ces critiques me paraissent tout à fait pertinentes et propres à vitaliser la littérature corse mais c'est le fait qu'elles soient produites par les auteurs concernés qui me "désole".
    Une littérature peut vivre aussi grâce à des petits groupes qui manifestent humour et "private joke". Et si cela ne fait pas gagner de lecteurs, ça consolide le lectorat déjà existant, ce qui n'est déjà pas si mal.
    Mais la diffusion et la mise en débat devraient se nourrir d'autres lieux et pratiques, qui "altèrent" vraiment les oeuvres, les métamorphosent de façon imprévue.
    Il y a bien assez d'amoureux des livres, de la lecture, de la littérature et de la Corse pour créer les conditions d'une réception créative.
    Enfin voilà.

    RépondreSupprimer
  7. Le but de ces jeux n'est en rien de promouvoir, je pense, le forum de Mirvella n'est qu'un jeu ...de mots, issu de l'envie de nouveauté, de mouvement, de son créateur.
    S'amusent ceux qui le veulent bien, cela durera ce que cela durera, il y a eu d'autres sites, il y en aura peut-être d'autres. Peut-être que certains écrivains ont besoin de récréation tout en écrivant leurs oeuvres? Peut-être qu'ils ont besoin d'exorciser les critiques sournoises et malveilantes qu'ils n'ont que par oui-dire (hypothèse)?
    En outre dans tous ces jeux, il y a de l'inventivité, du style, de l'échange, de la création littéraire(le roman de Mirvella en construction, les vrais-faux articles de la Gazette : par exemple, aujourd'hui, une critique au vitriol de la "journée de la nation" dans les lycées et collèges). Ce n'est déjà pas si mal.

    Nous sommes trois pelés et deux tondus sur notre île, il est déjà miraculeux d'avoir autant de créations, de publications, et même de lecteurs (si, si!) par rapport au nombre d'habitants. Que ceux qui nourrissent cette création s'amusent avec leurs lecteurs sur la toile, pourquoi pas?

    Par contre, ce que FXR appelle de ses voeux n'est pas facile : faire s'exprimer plus largement les lecteurs. Il faudrait que ceux-ci cessent de penser qu'il faudrait être "compétent" ou "savant" pour faire un commentaire, alors que leur sincérité suffirait.

    RépondreSupprimer
  8. Peu importe pour moi de qui émanent ces critiques, ça ne change rien à ce que je leur reproche.
    Il y a un côté "entre soi", sans doute très drôle quand on est "au parfum", mais un peu facile et déplaisant... ( mais c'est peut-être cela l'esprit a mascagna ?)
    Et puis aussi un côté "potache" qui devient vite répétitif.
    Il me semble que ce genre de jeux, drôles malgré tout,devient vite stérile quand il s'érige en système et ne témoigne pas d'une si grande vitalité...
    J'adore rire mais j'aime bien qu'on se renouvelle, qu'on me surprenne et je ne m'abonnerai donc pas à la Gazetta di Mirvella, bien que je comprenne de mieux en mieux le Corse !

    RépondreSupprimer
  9. @ Francesca
    Faire s'exprimer plus largement les lecteurs, n'est-ce pas un faux-problème ?
    Ma récente expérience des Clubs de lecture ,corse puis italien, ( où les lecteurs sont censés lire le livre proposé et venir en débattre ) me ferait plutôt retourner la question !
    Comment faire lire les parleurs ?

    RépondreSupprimer
  10. .usecnarf u ucsipac nù ìhc èh òigar a iccuneR ucima O

    uzzaP itnoC

    RépondreSupprimer
  11. Emmanuelle,
    merci pour les précisions quant à ta critique et tes reproches.
    Concernant la question du lectorat : j'aime bien l'expression "faire lire les parleurs", mais je trouve qu'il est bon d'élargir notre vision de la "lecture" (à la manière de Pierre Bayard, "Comment parler des livres que l'on a pas lus", chez Minuit) : au sommet se trouve la lecture "absorbante et voluptueuse" (comme dit Stevenson) de l'intégralité d'un texte, à l'autre extrême se trouve la "connaissance" par ouïe-dire, entre les deux toutes les nuances possibles ; chaque niveau ayant son intérêt et le but étant de passer d'un niveau à un autre, dans quelque sens que ce soit...
    Bon vaste programme, comme dirait l'autre.
    A tandu !

    RépondreSupprimer
  12. Oui, a macagna cela peut être déplaisant et même quelque peu méchant quelquefois, Emmanuelle.

    Pour le renouvellement, vous avez sûrement raison, il en faudrait plus, sans doute, mais cela demanderait plus de participants...Cela viendra peut-être, vous devriez être plus patiente, de nombreuses surprises peuvent survenir (même de mauvaises, d'ailleurs, LOL)

    En tout cas, j'espère que votre jugement ne vient pas de certains propos, car nul n'est épargné, surtout pas notre webmaster !-)

    En tout cas, même la "private joke" est un droit, comme de s'amuser en petit cercle sur le net, non? On a si peu d'occasions de le faire et notamment entre corsophones le net est un bon moyen, puisque dans la vie quotidienne pratiquer le corse devient un sport de haute voltige, étant donné que nous sommes noyés dans la masse des non corsophones.
    La Gazetta n'est pas le blog de Renucci, elle n'a pas pour vocation de diffuser ni de promouvoir quoique ce soit. Elle est née d'une "guerre-macagna" avec le foru corsu, toujours une affaire de complicité et de jeu...Malgré tout, comme je le disais plus haut, elle semble pouvoir aller plus loin.

    Enfin, je crois vraiment qu'il y a un problème d'expression des (vrais) lecteurs, et si je vous suis bien, ceux qui parlent ne lisent pas : c'est comme ça dans tous les domaines ( ou on fait ou on dit ! LOL)

    RépondreSupprimer
  13. "En tout cas, j'espère que votre jugement ne vient pas de certains propos, car nul n'est épargné, surtout pas notre webmaster !-)"

    Pas du tout ! J'ai beaucoup ri à la critique de Mister Palu ainsi qu'aux interventions de notre grand avocat , mais seulement souri à la critique de Murtoriu ( peut être le fait de n'avoir pas lu ce livre y est-il aussi pour quelque chose ).
    Que cette dernière ait été amusante à écrire, et à lire , pour son destinataire, je n'en doute pas , mais pour les autres, il me semble que le filon s'épuise ...
    Et puis on peut rire franchement et être très critique sur son propre rire !

    RépondreSupprimer
  14. Des réponses chez Mirvella ce matin, ça rigole plus!?

    Nimu

    RépondreSupprimer
  15. Là où je suis d'accord avec Emmanuelle, c'est que le private joke ne peut pas durer éternellement.

    Les critiques, même du style "macagna", devraient pouvoir toucher un éventail plus large de créateurs. Mais bon, vous savez comme moi qu'on est dans un petit monde et qu'on se permet des impertinences vis-à-vis de ceux dont on est sûr qu'ils sauront les recevoir... au delà c'est un peu plus délicat.

    Cette nuit j'ai même rêvé qu'on venait m'arrêter pour les délires écrits sur Mirvella, c'est vous dire !

    MB

    RépondreSupprimer
  16. Oui, des réponses sur le site de Mirvella, des textes et des discussions passionnantes, et drôles, et pas drôles : j'en fais un billet tout de suite, histoire de donner de la visibilité, et mon point de vue.

    RépondreSupprimer
  17. Moi j'ai juste envie de vous dire à tous : merci d'être entrés dans le jeu et de lui avoir donné cet écho. Il y a de la qualité dans ces échanges et c'est ça le plus important.

    Bon, je retourne à Mirvella parce que le prochain numéro de la Gazetta est en préparation. Il ne devrait pas tarder à sortir.

    Emmanuelle, abonnez-vous, sinon on aura pas le droit à l'impertinence avec vous, et vous connaissez le proverbe : il n'y a qu'entre fous qu'on ale droit de s'amuser.

    Ghjuvan Filici

    RépondreSupprimer
  18. @ Ghjuvan Filici
    Vous avez le droit à l'impertinence avec moi ! Je ne suis pas susceptible et j'adore rire, même à mes dépens. Et je sais aussi me défendre ...

    RépondreSupprimer
  19. "cela durera ce que cela durera" disais-je au début de cette discussion.


    Ci simu, Mirvella si mette in greva illimitata, o in un comà artificiale o hè puru a fine di a fine. Più nimu scrivia, fora di Ruclinonu chì n'era cundannatu à fà cuntrastà trà di elli i so fandonii...U Capitanu avia presu u largu è a nave ùn andava più indocu.

    Ma u bilanciu hè bellu, più chè pusitivu.

    Ci hè statu una bella racolta di creazione, chì certe sò avà nantu à "Tarrori è Fantasia" è forse d'altre seranu publicate.

    L'archivii fermanu, i curiosi o i nustalgichi e puderanu leghje, hè una bona.

    Ci sò certe "tuntie" geniale, cum'è "l'anciclupedia di i vanochji" chì à ella sola vale a visita.

    RIP dunque A Gazetta è speremu chì altre iniziative nasceranu nantu à u web.

    Ne sò sicura...

    RépondreSupprimer
  20. Désolée, le RIP était sans douute prématuré, ce ne serait pour l'instant qu'un sommeil de deux mois

    RépondreSupprimer