dimanche 11 avril 2010

Et le troisième but... / AJAMI

Visitant régulièrement le fameux site de A Piazzetta, je tombe sur le billet consacré au match Bastia-Angers, je regarde les images du résumé vidéo, je vois les quatre buts du match (le premier par Angers, les trois autres par le SCB, deux de Xavier Pentecôte et le dernier de Pierre-Yves André).

Et puis je clique sur le lien qui renvoie vers le commentaire du journaliste de RCFM (je n'ai pas son nom, c'est dire si je ne suis ni spécialiste du foot, ni supporter émérite du légendaire club de foot de la Corse).

Tout le monde sait que le SCB risque de changer encore de division et de descendre en National. C'est un drame, puisque ce club incarne la Corse et a écrit des pages magnifiques de l'histoire insulaire (je ne me hasarde pas ici à en faire même un ébauche ; pour ma part, dans mon imaginaire personnel, le Sporting c'est

- l'épopée européenne de 1978 (dont on m'a parlé) qui s'est soldée par une défaite en finale et un chef d'oeuvre (comment, c'est un jugement excessif ?) de Jacques Tati (voir ici sur ce blog)
- la catastrophe du 5 mai 1992 et les échos de ce drame dans les dernières lignes d'un article de Jacques Thiers ("Caliban et la Corse", je crois, évoquant le "sang vert" de Furiani, dans un recueil intitulé "Corse, défense d'une île", éditions Autres temps) et dans "A stanza di u spichju" de Rinatu Coti (les pages décrivant le pont effondré, mais est-ce bien un écho de drame ?)
- un match OM-SCB au Vélodrome (mais en quelle année ? Le SCB avait perdu)
- un documentaire, "O Chaouki !" (à propos de Chaouki Ben Saada du temps où il était au Sporting, un peu après ses deux buts contre l'OM, à Furiani), réalisé avec André Mariaggi et Aziz Jendari, avec Lydian Feneck à la caméra, Pascal Renucci au son et l'association Respect is boring au montage, à Aix
- quelques souvenirs des chroniques de Pinz Destructor, à mourir de rire, fantastiques (mais où peut-on les retrouver ?))

Eh bien, aujourd'hui, j'ajoute la voix exténuée de bonheur du commentateur de RCFM qui dit ceci (magnifiques lignes tout d'oralité journalistique qui brillent maintenant au firmament de la littérature corse) :

"... que le temps additionnel est à présent terminé depuis une dizaine de secondes et Monsieur Chat (?) qui continue à faire jouer euh Martial qui dégage loin devant attention ils tergiversent un p'tit peu les Bastiais

(à partir d'ici la voix change d'un coup : éraillée, volume en hausse, excitation finale alors que le match est presque terminé et donc déjà gagné par le SCB)

et c'est le contre avec Pierre-Yves André Pierre-Yves André qui va rentrer dans la surface il est face à Padovani il contrôle il contrôle il va frapper Pierre-Yves André

EETT LE TROISIEME BUT (incroyable descente de la voix, épuisée, au comble de la jouissance et du bonheur, émue et comblée ; je ne peux m'empêcher de rire aux larmes et en même temps d'avoir des frissons d'enthousiasme) LE TROISIEME BUT du capitaine du Sporting qui vient sceller la victoire bastiaise

il est magnifique

il est magnifique ce but de Pierre-Yves André

il a mystifié


la défense angevine (ça vaut bien la douceur du même nom, non ?)

il les a bougés
et un dribble à droite un dribble à gauche
et il glisse ce ballon
entre les jambes de
Padovani
"

(à partir de là la voix redevient normale ; et je recommence l'écoute depuis le début : c'est sur le site ForzaBastia.com).

Voilà.

Pour continuer sur cette question des champs insoupçonnés de la littérature corse, je dois dire que j'ai vu hier - au cinéma le Renoir, sur le Cours Mirabeau à Aix - un film corse absolument superbe : il est israélien (réalisé par un Israélien arabe et un Israélien juif), je n'en savais rien avant d'entrer dans la salle, il s'appelle AJAMI, ne le ratez pas, ne cherchez pas à en savoir plus, voyez-le et discutons-en après ?

4 commentaires:

  1. Moi je me demande s'il n'a pas capoté FXR...-))

    RépondreSupprimer
  2. Francesca,
    la réponse est "oui, depuis bien longtemps". Mais ce n'est pas moi qui ai commencé ! Je suis redevable en tout à la littérature corse, qui est plus folle et riche qu'on ne le croit.
    Non ?

    RépondreSupprimer
  3. "Napoleon est mort à Sainte-Hélèneeuh
    son fils F.X. lui a crevé l'ballon"

    Et oui Napoléon est l'homme qui s'écrit le plus en ce monde.
    Et dans l'autre ? Quelqu'un peut-il en parler ?

    Johnny (2°)Rep

    RépondreSupprimer